Biography available in:

Au cours des dernières saisons, le ténor français Benjamin Bernheim a été régulièrement sollicité par les plus grandes maisons d’opéra européennes, notamment l’Opéra national de Paris, le Wiener Staatsoper, le Staatsoper Berlin, l’Opéra national de Bordeaux et le Royal Opera House de Londres, où il a interprété les principaux rôles de ténor du répertoire romantique. Ses prestations et son premier album lui ont valu de nombreux éloges. Le Süddeutsche Zeitung l’a qualifié de « plus belle voix de ténor depuis Luciano Pavarotti » et Diapason de « nouvel astre au firmament des ténors français ». En 2020, il a été nommé « Artiste lyrique de l’année » aux Victoires de la musique en France, « personnalité musicale de l’année » par le Syndicat professionnel de la critique de théâtre, musique et danse, « chanteur de l’année » par Oper ! Magazin, et « Nachwuchskünstler » (jeune talent de l’année) par Opus Klassik. La même année, son premier album a également reçu un « Diapason d’Or » de la part de Diapason, et a été nommé « Choc de Classica » par Classica.

 

La saison 2021/22 de M. Bernheim l’amènera dans des lieux prestigieux comme le Wiener Staatsoper, l’Opéra national de Paris et le Gran Teatre del Liceu, entre autres. Il fera trois débuts exceptionnels, en commençant par le rôle-titre dans Les contes d’Hoffmann d’Offenbach au Staatsoper de Hambourg. M. Bernheim reprendra ensuite le rôle du Duc dans Rigoletto de Verdi au Gran Teatre del Liceu. Il sera suivi de son interprétation très appréciée de Rodolfo dans La bohème de Puccini, lors de son retour au Wiener Staatsoper. La saison 2021/22 comprend également ses débuts très attendus dans le rôle-titre de Werther de Massenet à l’Opéra national de Bordeaux, puis Edgardo dans Lucia di Lammermoor de Donizetti et Macduff dans Macbeth à l’Opernhaus de Zurich. Sa saison s’achèvera par une reprise du rôle-titre du Faust de Gounod avec des représentations en juin et juillet 2022. En concert, M. Bernheim se produit au Théâtre des Champs-Élysées dans le cadre de la série de récitals Les Grandes Voix, à Valence, et au Wiener Konzerthaus, où il fera ses débuts viennois en concert.

 

Parmi ses précédents succès, citons Rodolfo dans La bohème à l’Opéra national de Paris, à l’Opernhaus Zürich, au Royal Opera House (Londres), au Staatsoper Berlin et au Wiener Staatsoper, Des Grieux dans Manon à l’Opéra national de Paris et à l’Opéra national de Bordeaux, Duca di Mantova dans Rigoletto au Bayerische Staatsoper, Lensky dans Eugene Onegin au Deutsche Oper Berlin, Alfredo dans La traviata au Teatro alla Scala, au Royal Opera House (Londres), à l’Opernhaus Zürich, au Semperoper Dresden, au Deutsche Oper, à l’Opéra national de Bordeaux et au Staatsoper Berlin, Faust (rôle-titre) à l’Opéra national de Paris, au Lyric Opera de Chicago, au Théâtre des Champs Elysées et à l’Opéra national de Lettonie, et Nemorino dans L’Elisir d’Amore au Wiener Staatsoper.

 

En concert, il a donné des récitals au Festival de Salzbourg, à l’Opéra national de Bordeaux, à La Grange au Lac, à l’Opernhaus Zürich, à la Philharmonie de Luxembourg, au Théâtre du Capitole, dans la grande salle de l’Orchestre de la fondation Gulbenkian et avec L’instant Lyrique à Paris, et a également interprété le Requiem de Verdi, Elias de Mendelssohn et la Messa di Gloria de Puccini.

 

 

Artiste exclusif de Deutsche Grammophon, son premier album est sorti en 2019 et a reçu des critiques exceptionnelles. « On croirait entendre certains des airs les plus connus pour la première fois », s’extasie le Süddeutsche Zeitung, tandis que Le Monde s’épanche sur « une voix somptueuse, une sensibilité ardente et une musicalité poétique. »

 

Benjamin Bernheim a étudié avec Gary Magby au Conservatoire de Lausanne, a participé à des masterclasses avec Giacomo Aragall, a fréquenté l’Accademia Verdiana de Carlo Bergonzi à Busseto et a été jeune artiste à l’Opernhaus de Zurich. 

Grâce à une présence active sur les réseaux sociaux, on peut le retrouver sur instagram, twitter, facebook et tiktok sous @benbernheimtenor.