Press

Critical Acclaim

La facilité d’élocution, l’émission naturelle et la ligne de chant claire du ténor suffiraient à notre bonheur, mais ce musicien accompli possède une diction du français qui évoque rien de moins que Georges Thill et Roberto Alagna. Doté d’un pareil viatique, il peut se permettre de débuter avec une rareté absolue d’Henry Février, extraite de l’opéra Carmosine. Personne ici...” air joliment mélancolique où il est question du souvenir ému d’un amour de jeunesse, lui permet de surprendre son auditoire, usant du charme de son timbre et de phrasés au galbe parfait.

Son Des Grieux (“En fermant les yeux” ) est tout aussi gracieux, éloquent jusque dans l’utilisation d’une voix mixte très habilement travaillée, qui conduit à une plénitude vocale d’une exquise douceur. Ne cherchant pas la facilité, le ténor français n’hésite pas à s’attaquer à l’air dramatique de Manoël dans Le Tribut de Zamora de Gounod, interprété avec fougue et ampleur, suivi d’un héroïque “Tout est fini pour moi sur la terre”, extrait du Dante de Benjamin Godard.

…Tamino (“Dies Bildnes ist bezaubernd schön”), aux accents magnétiques et aux couleurs singulières, est fort apprécié, Lenski (“Kuda, kuda”)  s’avérant renversant d’émotion…”Légende de Kleinzach” (Les Contes d’Hoffmann) pleine d’humour, au style impeccable.

{The ease of his diction, the natural production of the voice, and the vocal line all added to our enjoyment, but perhaps above all, this accomplished musician has French diction that reminds us of Georges Thill and Roberto Alagna. Equipped with such a viaticum, he can afford to begin with a rarely performed aria by Henry Février, from the opera Carmosine. “Personne ici...,” a melancholy aria about the memory of a love of youth, allowed him to capture his audience by using the charm of his timbre and perfect phrasing.

His Des Grieux (“En fermant les yeux” ) is equally graceful and eloquent, and his very clever use of mixed voice lead to a vocal plenitude of exquisite sweetness. Not one to shy away from difficulty, the French tenor did not hesitate to tackle Manoël’s dramatic aria from Le Tribut de Zamora by Gounod, which he performed with enthusiasm and magnitude, followed by a heroic “Tout est fini pour moi sur la terre,” taken from Benjamin Godard’s Dante.

… Tamino (“Dies Bildnes ist bezaubernd schön”), with magnetic accents and singular colors, was an audience favorite, and Lenski (“Kuda, kuda”) was overwhelmingly emotional …”Légende de Kleinzach” (Les Contes d’Hoffmann) was full of humor with impeccable style.}


François Lesueur
Opéra Magazine

Critical Acclaim

Ich möchte gleich mit dem Höhepunkt dieses gesamthaft sehr gelungenen Abends beginnen – und zwar mit der Weltklasse-Leistung von Benjamin Bernheim als Tamino. In den 20 Jahren, in denen ich mehr oder weniger regelmäßig die Staatsoper besuche, habe ich keinen überzeugenderen Interpreten in dieser Rolle erlebt. Er besitzt eine hervorragende Diktion, spricht auch klar und deutlich und ist gut zu hören. In der Bildnisarie gelang es ihm sowohl in den lyrischeren als auch in den mehr „heldischen“ Passagen absolut zu glänzen. Also Vorbereitung hatte ich vor einigen Tagen die Aufnahme unter Karl Böhm mit Fritz Wunderlich angehört – und Bernheim kann da – auch schon mit leicht metallischen Anklängen – wirklich mithalten. Sollten sich die Gerüchte bewahrheiten, dass er diese Rolle zurücklegen möchte, wäre das ein ganz, ganz großer Verlust.

{I would like to start with the highlight of this very successful evening – with the world-class performance of Benjamin Bernheim as Tamino. In the 20 years I have spent more or less regularly at the Wiener Staatsoper, I have not experienced a more convincing performer in this role. He has excellent diction, speaks well and clearly and his voice is well projected. In the “Bildnisaria” he succeeded in both the lyrical as well as in the more “heroic” passages brilliantly. A few days ago, I had listened to the recording under Karl Böhm with Fritz Wunderlich – and Bernheim held his own in comparison – even with slightly metallic overtones. If the rumors prove true that he wants to take this role out of his repertoire, that would be a very, very big loss.}


Kurt Vlach
Online Merker

Critical Acclaim

“Seine Bildnisarie wie die Prüfungen im Weisheitstempel absolviert er mit lyrischem Schmelz.”

{His “Bildnis” aria in the Weisheitstempel was like golden honey.}


Florian Krenstetter
Kronen Zeitung

Critical Acclaim

Benjamin Bernheim singt erstmals den Tamino und beeindruckt wie bereits in zahlreichen anderen Debüts der letzten Zeit (Rodolfo, Nemorino). Mit seinem wohltimbrierten, warmen Tenor von großer Strahlkraft zeigt er – nicht nur in einer grandiosen Bildnis-Arie” -, warum er einer der interessantesten Tenöre unserer Zeit genannt wird. Der satte, ausdrucksvolle Klang und seine Gabe, lange lyrische Bögen zu spannen, machen seinen Tamino zum Ereignis des Abends.

{Benjamin Bernheim sings the Tamino for the first time and impresses as in many other recent debuts  (Rodolfo, Nemorino). With his beautifully timbred, warm tenor of great charisma, he shows – not only in a grandiose portrait-aria “- why he is called one of the most interesting tenors of our time: the rich, expressive sound and his ability to sing long lyric lines made his Tamino the event of the evening.}


T. Steininger
Die Presse

Critical Acclaim

Anfang des Jahres machte Benjamin Bernheim an der Wiener Staatsoper erstmals auf sich aufmerksam. Als Nemorino in L´Elisir d´amore bestätigte er den ihm vorauseilenden Ruf, einer der vielversprechendsten lyrischen Tenöre der nachrückenden Sängergeneration zu sein. Zehn Monate später erlebt das Wiener Publikum nun das, was man in Sportkreisen einen „Lauf“ nennen würde (Um einen O-Ton Armin Assingers zu zitieren: Wann´s laaft, dann laaft´s!): Einem gefeierten Rodolfo in La Boheme lässt Bernheim nahezu nahtlos einen ebenso überzeugenden Tamino folgen (wenn auch in eine lächerliche Pluderhose gesteckt) und beweist dabei, dass sein strahlend heller, in allen Lagen sicher geführter Tenor durchaus auch heldisches Potenzial aufzubieten hat, was bei der Gestaltung dieser Partie alles andere als ein Nachteil ist. Auf die weitere Entwicklung dieses Sängers und seine damit einhergehende Erweiterung des Repertoires darf man zu Recht gespannt sein.

{At the beginning of the year, Benjamin Bernheim first drew attention to himself at the Vienna State Opera. As Nemorino in L’Elisir d’amore, he confirmed his precedent of being one of the most promising lyric tenors of the next generation of singers. Ten months later, the Viennese audience is now experiencing what one would call a “run” in sports circles (to quote a quote from Armin Assinger: When it’s time to do it!): To a celebrated Rodolfo in La Boheme Bernheim almost seamlessly followed [with] an equally convincing Tamino (albeit stuck in a ridiculous harem pants), proving that his radiantly bright tenor, well-controlled in all situations, also has heroic potential, which is anything but a disadvantage. Onemay be rightfully curious [about] the further development of this singer and his accompanying expansion of repertoire.}


Manfred A. Schmid
Online Merker

Critical Acclaim

…Mimi und Rudolf, Marina Rebeka und Benjamin Bernheim, Besitzer zweier der schönsten und charakteristischsten Stimmen unserer Zeit. Sie befreien die Handlung von jeglicher falscher Sentimentalität.

Ein differenziertes Seelenbild malt auch Bernheims prachtvoller Tenor, der mit sicherer Höhe und Leuchtkraft in allen Registern nicht nur berückend schön, sondern auch ausdrucksvoll klingt und manche Passage in herrlichem Piano phrasiert.

{Mimi and Rudolfo, Marina Rebeka and Benjamin Bernheim, possess two of the most beautiful and unique voices of our time. They liberate the plot from any false sentimentality.

Bernheim’s splendid tenor, which with secure high notes and luminosity in all registers is not only captivatingly beautiful, but also expressive, powerful in dramatic moments, and heavenly in the splendid piano passages.}


Die Presse
Die Presse

Critical Acclaim

…Benjamin Bernheims Rodolfo hat Frische und Eleganz.

{… Benjamin Bernheim’s Rodolfo has freshness and elegance.}

 

 


Florian Krenstetter
Kronen Zeitung

Critical Acclaim

Incontestablement, le ténor est un artiste d’exception, un de ceux qui comptent dans la planète lyrique comme en témoigne l’essor de sa carrière internationale qui va de Londres, à Vienne ou à la Scala de Milan.

{Undeniably, the tenor is an exceptional artist, one of those who matter in the opera world as evidenced by the rise of his international career that goes from London, Vienna or La Scala in Milan.}


Paul F.
Toute La Culture

Critical Acclaim

Avec une prestance scénique notable et une voix couvrant l’ensemble de la salle dans l’expression de mille passions, le ténor habite ensuite chacun de ses personnages avec la même énergie, la même intensité dans la voix qui se prête particulièrement bien au répertoire romantique. L’air de Manon « En fermant les yeux » est d’une grande authenticité… « Kuda, kuda » de Lenski, conservant au fil de l’air une tension dans la voix avec des tenues piani comme suspendues dans les airs, des fortissimi et des modulations entre un espoir soudain et une résiliation fatidique.

 

{With a notable stage presence and a voice that passionately covers the entire hall, the tenor then embodies each of his characters with the same intensity in the voice, that lends itself particularly well to the romantic repertoire . The airia from Manon, “En fermant les yeux ” was beautifully authentic… Lenski’s aria, “Kuda, kuda” retained a dramatic tension with piani onsets suspended in the air, fortissimi, and vacillation between a sudden hope and a fateful termination.}


Nicolas Mathieu
Ôlyrix

Critical Acclaim

Désormais invité sur les plus grandes scènes lyriques internationales, Benjamin Bernheim a dans le regard la lumière étonnée de celui qui rêve éveillé. Il y a deux ans à peu de jours près, son premier Instant Lyrique révélait un ténor en état de grâce, dont l’arbre généalogique compte dans ses branches supérieures rien moins que Roberto Alagna et Georges Thill. Depuis les fruits ont tenu la promesse des fleurs. Rodolfo dans La Bohème à Paris fut estompé par une mise en scène sidérale à défaut d’être sidérante mais Faust à Chicago, La Perichole à Salzbourg ou le mois dernier L’elisir d’amore à Vienne ont fait leur effet louangeur. Déjà se profilent Die Zauberflöte à Vienne de nouveau, La traviata à Londres et Milan, Manon de Massenet à Bordeaux aux côtés de Nadine Sierra. Roméo se chuchote la saison

suivante, en Aquitaine encore, avec la même partenaire. Alfredo dans La traviata en septembre 2019 à Garnier est une des rares bonnes idées d’un prétendu trois-cent-cinquantenaire en mal d’imagination. A la même époque devrait paraître un enregistrement déjà réalisé sous l’égide du Palazzetto Bru Zane dont le président, Alexandre Dratwicki dévoile sur scène en avant-première trois titres inscrits au programme de ce nouvel Instant lyrique, extraits de Carmosine de Henry Février, de Dante de Godard et du Tribu de Zamora de Gounod.

Depuis 2016 donc, le murmure est devenu bruit. Il a fallu pousser les murs d’Éléphant Paname. La soirée est retransmise en direct sur Instagram. Benjamin Bernheim crée l’événement. C’est cette trajectoire hyperbolique que raconte le regard d’enfant émerveillé, comme si le ténor franco-suisse ne réalisait pas encore que le rêve soit devenu réalité. Et de nouveau comme en 2016 au même endroit la grâce, ce sentiment qui rend superflu l’usage de superlatifs tant aucun ne semble assez fort pour traduire les impressions ressenties. La conjonction rare d’un timbre radieux, d’une technique accomplie, d’une prononciation exemplaire et d’un engagement sans esbrouffe.

Le premier air de la soirée, extrait de cette rare Carmosine créée en 1913 à la Gaîté-Lyrique sur un livret inspiré de la pièce d’Alfred de Musset, offre sur un plateau l’occasion de faire valoir toutes ces qualités : la quinte aiguë rayonnante, la gestion désormais équilibrée des registres, le camaïeu de demi-teintes, et cette articulation magistrale qui, en français, donne à comprendre chaque mot et, au-delà, la respiration de chaque phrase. On en viendrait à regretter que le programme comporte des airs en italien, allemand et russe si Nemorino, Tamino et Lenski ne s’avéraient à l’écoute aussi éblouissants. Différents chacun à leur manière dans cette thématique onirique choisie comme fil rouge de la soirée, ces héros, eux aussi, rêvent éveillés. Il y aurait maldonne si l’ostentation, cette tendance à chanter la main sur le cœur propre à beaucoup de confrères, n’était aujourd’hui étrangère à l’art de Benjamin Bernheim. Le ténor ne fait pas son show, il chante et l’intelligence du phrasé montre qu’il comprend ce qu’il chante. Faut-il s’attarder sur les détails ? A la messa di voce dans la cadence de « Una furtiva lagrima » ou dans « Kuda kuda » à la phrase d’abord piano puis reprise forte en une judicieuse opposition entre réalité et rêve, de nouveau. Si In sogno! de Catalani confié au piano seul d’Antoine Palloc continue d’envelopper d’une douceur mystérieuse le dôme d’Elephant Paname, l’air d’Eboli par Eve-Maud Hubeaux fait l’effet d’un électrochoc. Réveil !

C’est alors qu’intervient Alexandre Dratwicki pour présenter les airs tirés de ces opéras français oubliés qui sont pour Benjamin Bernheim des terrains d’expression rêvés. Le meilleur reste à venir, dans un duo de Werther, où Eve-Maud Hubeaux n’a plus besoin de surenchérir pour convaincre, où le piano d’Antoine Palloc continue de se faire orchestre et où Benjamin Bernheim départage d’un coup d’un seul les partisans de Jonas Kaufmann et de Roberto Alagna. Werther, entre ombre et lumière, hardiesse et timidité, entre voix de tête et de poitrine, délicat et violent, c’est lui. Toute l’âme du héros goethien mis en musique par Massenet est là. Ne la rêvons plus, la voici.


Christophe Rizoud
Forum Opera

Load more