Biography available in:

Le ténor français Benjamin Bernheim a été salué par la presse comme « le grand ténor lyrique français que le monde de l’opéra attendait » (Chicago Tribune) avec une voix « pure et sans défaut du pianissimo délicat au fortissimo héroïque » (Opera News). Ses débuts récents au Chicago Lyric Opera, au Staatsopers de Berlin et de Vienne et au Royal Opera House de Londres ont capté l’attention des critiques et du public, faisant de lui un interprète incontournable du grand répertoire de ténor romantique.

Benjamin Bernheim entame sa saison 2018/19 à l’Opernhaus Zürich avec Rodolfo dans La bohème de Puccini. Il fait ensuite ses débuts dans le Requiem de Verdi sous la direction d’Antonio Pappano au Royal Opera House de Londres où il retourne plus tard dans la saison pour Alfredo dans La Traviata. Il chante à deux reprises en France, son pays natal, en récital à Paris en automne dans le cadre de l’Instant Lyrique, puis au printemps à l’Opéra national de Bordeaux pour ses débuts dans le rôle de Des Grieux dans Manon de Massenet sous la direction de Marc Minkowski. Au Staatsoper de Vienne, on peut l’applaudir dans Rodolfo de La Bohème, Nemorino dans L’elisir d’amore et Tamino dans La flûte enchantée de Mozart. Il retourne à La Scala de Milan en février pour Alfredo dans La Traviata. Sa saison se conclut par ses débuts en Ismaele dans Nabucco de Verdi à l’Opernhaus Zürich.

Ses engagements pour la saison 2017/18 l’ont vu faire ses débuts au Royal Opera House de Londres avec Rodolfo dans La Bohème, chanter ses premiers Alfredo dans La Traviata aux Deutsche Oper et Staatsoper de Berlin et Rodolfo dans La Bohème à l’Opéra national de Paris. Il a également fait ses débuts aux Etats-Unis dans le rôle titre de Faust au Chicago Lyric Opera, interprété Faust en version de concert au Théâtre des Champs-Elysées de Paris ainsi que son premier Nemorino dans L’elisir d’amore pour ses débuts au Staatsoper de Vienne. Une saison marquante qui s’est achevée à l’Opernhaus Zürich avec Alfredo dans La Traviata.

Au cours des saisons précédentes il a interprété Rodolfo dans La Bohème à l’Opernhaus de Zürich, Lensky dans Eugene Onegin au Deutsche Oper de Berlin, Rodolfo au Semperoper de Dresde, Faust au Latvian National Opera de Riga. Il a chanté aux Festivals de Pâques, de Pentecôte et d’Eté de Salzbourg avec entre autres : Agenore dans Il Re Pastore de Mozart, Eginhard dans Fierrabras de Schubert, Nicias dans Thaïs de Massenet et Cassio dans Otello de Verdi. Benjamin Bernheim a étudié le chant au Conservatoire HEM de Lausanne auprès de M. Gary Magby, et suivi des Masterclasses avec Jaume Aragall et à l’Accademia Verdiana de Busseto avec Carlo Bergonzi.